3 points pour reconnaître

une séance d’Hypnose Humaniste

 

(Olivier Lockert)

 

 

Que l’on soit « utilisateur » ou « praticien » de l’Hypnose, il n’est pas toujours évident de comprendre les mécanismes en jeu dans le phénomène hypnotique. Heureusement, vous n’avez pas besoin de savoir précisément comment fonctionne votre voiture pour en profiter et rouler avec… C’est la même chose en Hypnose.

 

 

Tout comme un médecin n’a pas besoin de savoir ce qui a conduit les chercheurs a concevoir les médicaments qu’il prescrit, l’hypnothérapeute et son patient ne sont pas forcément intéressés par la « mécanique » à l’origine de leur pratique.

 

D’ailleurs, un des soucis qu’expérimentent les débutants en Hypnose, durant les formations, est de chercher à comprendre la technique avant de l’utiliser – un peu comme si on avait voulu bien connaître l’anatomie de la marche, tout bébé, avant de se mettre debout et de faire nos premiers pas 

 

 

Il est évident que la compréhension mécanique est inutile pour se servir d’une technique (ou en bénéficier). Maintenant, s’il s’agit de différencier (ou juste reconnaître) les solutions choisies pour tel ou tel moteur, là vous avez besoin d’être un peu plus connaisseur en matière de mécanique, fusse-t-elle hypnotique

 

UNE TECHNIQUE NOUVELLE

L’être humain connaît l’Hypnose depuis la nuit des temps. Se soigner par la parole est une intention naturelle, spontanée… Mais, pendant des millénaires, on n’a su produire le phénomène hypnotique que par lâcher prise : soit par la transe quasi convulsive des rituels chamaniques, du magnétisme de Mesmer ou des injonctions des hypnotiseurs d’autrefois ; soit grâce au terpnos logos, ces psalmodies lancinantes des anciens thérapeutes grecs, qui « endormaient » leurs patients par la parole, dans les temples d’Asclépios, le dieu de la médecine (Esculape, en latin, dont le symbole est devenu le caducée des médecins actuels).

Avec le temps, on a posé les bases de l’Hypnose thérapeutique. On comprend mieux comment elle fonctionne, au niveau psychologique comme au niveau neurologique, cérébral. Par exemple, on sait depuis les débuts de l’Hypnose que cet état modifié de conscience est lié à une « dissociation » accentuée entre notre esprit conscient (la part de vous qui voit, entend, ressent, pense, etc.) et notre Inconscient (tout ce qui fonctionne en vous de manière automatique et, par définition, sans que vous ne le sachiez).

 

 

La nouveauté de l’Hypnose Humaniste a été de permettre l’atteinte d’un état modifié de conscience sans cette dissociation – ce qui était jusque-là impossible : soit vous étiez conscient-éveillé (avec un espace Conscient-Inconscient ordinaire) ; soit vous étiez « endormi, en transe, en hypnose, inconscient » (avec une séparation accentuée entre le Conscient et l’Inconscient).

 

Donc, si l’hypnothérapeute n’arrivait pas, grâce à l’induction hypnotique (la technique qui permet d’amener la personne en état d’hypnose), à créer cette fameuse dissociation, à développer les fonctionnements automatiques, non-contrôlés, de la personne : alors, celle-ci n’était tout simplement pas en état d’hypnose !

 

 

Imaginez donc le scepticisme quand la rumeur se propagea que l’on pouvait conduire une personne en état d’hypnose sans la sacro-sainte dissociation ! Les uns arguant que c’était juste impossible et les autres expliquant que « en réalité, il ne devait pas y avoir de dissociation avant » ou bien encore que « finalement, on ne sait pas vraiment ce qu’est un état modifié de conscience »…
Un peu comme ce patient, persuadé d’être mort, que son thérapeute pique au bout du doigt pour faire perler une goutte de sang et lui prouver ainsi qu’il est bien vivant : et le patient de s’exclamer « Bon sang, mais alors, les cadavres saignent ! »


Difficile de sortir des anciennes croyances…

 

GAGNER EN CONSCIENCE

Pourtant, c’est simple : tant que votre Conscient et votre Inconscient gardent leur écart habituel, vous êtes dans votre état psychologique habituel… Lorsque l’hypnothérapeute excite vos réactions inconscientes, automatiques, jusqu’à ce qu’elles prennent le dessus sur vous (ou, plus rapide, si un hypnotiseur de spectacle envoie d’un coup promener votre esprit Conscient), alors l’écart avec l’Inconscient est si grand que vous ne contrôlez plus rien du tout.

 

Bien sûr, la plupart du temps, il est possible de rester « conscient » de ce qui se déroule, de cette même conscience que l’on a durant les rêves et qui faisait dire à Erickson : « Dans la plupart des transes, il y a une partie du sujet qui est présente, qui observe tranquillement, et qui veille (…) C’est pourquoi certains patients soutiennent qu’ils n’ont pas été hypnotisés, car ils confondent cette fonction d’observation avec le fait d’être conscient au sens habituel du terme. »

 

Eh oui ! « Être conscient » et « être conscient d’être inconscient » n’est pas la même chose ! La part de vous qui reste consciente, même lorsque vous dormez, c’est elle votre Conscience majuscule. C’est vers elle que l’on va en Hypnose Humaniste. C’est elle que la personne ressent pleinement en état de conscience augmentée.

 

 

Les inductions de l’Hypnose Humaniste sont tout simplement inversées : au lieu d’augmenter l’écart entre le Conscient et l’Inconscient, jusqu’à vous rendre vraiment inconscient, on va réduire cet écart, le plus possible. Et c’est ce qui produit un état modifié de conscience, car ce n’est pas habituel du tout d’être davantage conscient !

 

 

TROIS CONDITIONS POUR UNE HYPNOSE HUMANISTE

 

 

Déduction logique de tout ce qui précède, une séance d’Hypnose Humaniste doit présenter 3 conditions en même temps pour mériter ce qualificatif – et que l’on puisse s’attendre aux bons résultats décrits dans les livres spécialisés :

 

 

1/ Il faut que la personne soit en état d’hypnose.
2/ Il faut qu’elle soit  « associée », unie en elle-même.
3/ Il faut qu’elle agisse par elle-même, sur elle.

 

 

1/ La personne doit être en réel état d’hypnose (signes de transe, phénomènes hypnotiques) : c’est la moindre des choses quand on prétend faire de l’hypnothérapie, mais l’expérience prouve que ce n’est malheureusement pas si évident que ça,à notre époque où les thérapeutes prétendent faire « de l’hypnose sans hypnose », voire de « l’hypnose conversationnelle » pour (masquer le fait qu’ils n’arrivent pas à mettre leurs patients en transe) ne pas effrayer leurs futurs patients…


Ouvrir un livre de cours d’Hypnose leur permettrait d’apprendre que ces techniques doivent, comme les autres, amener la personne en état modifié de conscience ! Donc, pas d’excuse !

 

 

Bien sûr, si l’hypnothérapeute a bien fait son induction hypnotique et que la personne est psychologiquement dissociée, elle est bien en état d’hypnose. Le souci, dans le cas d’inductions dissociantes, c’est qu’à force de poser les questions nécessaires à la thérapie, la personne en hypnose va petit à petit « remonter » et sortir de transe. Les prises de conscience à répétition provoquées par le fait de répondre gommeront l’état d’inconscience et la personne reviendra à sa conscience ordinaire.


Ce phénomène n’est évidemment pas possible en Hypnose Humaniste où des prises de conscience répétées ne peuvent que renforcer l’état de conscience augmentée !

 

 

De même, l’hypnothérapeute Humaniste veillera à conduire la personne vers un réel état d’hypnose, vérifié (signes de transe). Je préfère continuer mon induction Humaniste pendant 30mn s’il le faut, ce sera déjà pédagogique en soit, que de commencer sans transe une technique qui n’aurait alors pas sa pleine efficacité…


Lorsque la personne a les yeux en « catalepsie oculaire » (tout blanc), bien qu’elle bouge et me réponde facilement, alors je suis sûr qu’elle est à la fois en état d’hypnose et en ouverture de conscience: on peut donc commencer !

 

2/ La personne doit être bien associée : c’est-à-dire vivre les choses de l’intérieur, non pas spectatrice mais actrice, de manière physique (elle ne se voit pas : elle perçoit à travers ses propres yeux), à la fois bien ici, ancrée à la réalité ET dans son esprit. C’est cela, être en ouverture de conscience.


Là, c’est simple, si la personne a été mise en état d’hypnose avec des inductions hypnotiques habituelles, elle est dissociée (ou alors, elle n’est pas en transe) !
C’est tout un travail de rester associé, bien dans son corps. Notre esprit s’envole naturellement, dès que l’on fait un exercice de pensée. Il suffit de fermer les yeux et de penser pour commencer instinctivement à se dissocier… La principale difficulté pour la personne, au début en Hypnose Humaniste, et c’est là que l’aide du thérapeute est importante, c’est d’ouvrir son champ de conscience sans « décoller ».

 

Il est pratiquement certain que la personne se dissocie spontanément si son thérapeute ne sait pas conduire une réelle induction Humaniste… Et, à compter que la personne soit effectivement restée « associée » avec une induction hypnotique dissociante, cela signifierait simplement qu’elle n’est pas en état d’hypnose ! Donc, on perdrait tous les bénéfices de l’Hypnose : l’accès au vrai matériau inconscient et, si on est en Humaniste, à la Conscience, éviter les résistances, les perturbations du mental, les fabulations, etc.

 

En Hypnose Humaniste, le fait de vivre chaque chose de manière « associé » permet à l’expérience de « s’incarner », d’entrer immédiatement dans le quotidien (au lieu de rester dans l’intellect, les rêves). La liaison corps-esprit n’a pas été rompu, l’information circule bien et la personne le ressent, physiquement et émotionnellement, ce qui lui permet de juger par elle-même de l’avancée de la thérapie ou du coaching.

 

 

3/ La personne doit agir par elle-même, consciemment : là aussi, ce n’est pas évident si la personne a été mise en état d’hypnose par dissociation, donc plongée dans son Inconscient. Tout hypnothérapeute sait bien que la personne en transe est consciemment passive (même si « ça » bouge beaucoup, dans son Inconscient). Elle a probablement des perceptions, des impressions, mais qui n’ont rien à voir avec ce que fait l’Inconscient lui-même… C’est d’ailleurs pour cela qu’en formation en Hypnose Ericksonienne on ne prend pas le « feed-back » de la personne-cobaye : puisqu’elle ne peut pas savoir ce qui s’est réellement passé, même si elle en est persuadée !

 

 

Par exemple, une personne avec qui je fais une démonstration d’écriture automatique sort de transe après l’expérience, persuadée de savoir ce qu’il y aurait sur la feuille d’écriture… Elle croyait trouver ce qu’elle avait imaginé : de jolies phrases spirituelles. En réalité, sa main avait écrit (donc, un phénomène dissocié de son contrôle conscient) une liste de dates et de traumatismes liés à la maltraitance que lui infligé son père… Choc !

 

 

Agir consciemment en état d’hypnose dissocié est donc utopique (si la personne est vraiment en transe !) et n’a vraiment rien à voir avec agir en conscience, en état de conscience augmentée.

 

 

En Hypnose Humaniste, la personne doit avoir gagné, au moins en partie, conscience de ses mécanismes inconscients. Généralement, le matériau est symbolique, ce qui protège la personne d’éventuelles émotions négatives (et protège aussi sa vie privée !). Elle peut donc agir par elle-même. Le thérapeute est là pour guider, proposer, mais ne fait rien par lui-même (pas de suggestions ni de techniques cachées, pas d’histoires ou de métaphores que la personne écoute passivement). La personne est à la fois en transe, associée à son expérience et actrice de son changement.

 

EN RÉSUME

 

Si la personne est bien en transe, mais que c’est le thérapeute qui mène la séance, comme en Hypnose Ericksonienne / Nouvelle Hypnose, qu’il parle la majorité du temps, que la personne écoute, passive, un accompagnement métaphorique – même décrit comme une « expansion de conscience » (type new-age) : ce n’est pas Humaniste.

 

Si la personne est bien consciente, bien ancrée ici et maintenant, mais pas en état d’hypnose, ce n’est évidemment pas de l’Hypnose… et donc, pas de l’Hypnose Humaniste non plus. Là, c’est simple !

 

Si la personne est bien en transe, qu’elle agit par elle-même sur son expérience, guidée par le thérapeute, mais qu’elle n’éprouve aucune sensation physique, parce qu’elle a perdu conscience de son corps, qu’elle l’a oublié ou n’y prête plus attention, qu’elle est « dans le cosmos » (ou ailleurs !) : ce n’est toujours pas de l’Hypnose Humaniste.

 

Une vraie séance d’Hypnose Humaniste, avec une personne en hypnose, en état de conscience augmentée, éveillée à ses processus profonds, pleinement présente, au contact de ses ressentis et émotions, pleinement « incarnée », les sens en éveil, et capable d’agir sur les différentes strates d’elle-même, de ses archétypes profondes aux niveaux élevés de sa Conscience… Tout cela demande une technique et une attention soutenue (ne serait-ce que pour éviter à la personne de se dissocier, involontairement) que seul un Praticien dûment certifié en Hypnose Humaniste vous apportera.

 

Un article d’Olivier Lockert (2015)

CHOIX

PLAISIR

DISCIPLINES

RESULTAT

 

  DEVIS  

GRATUIT